Acap – pôle régional image

Effervescente et exigeante, l’aventure construite par l’Acap explore les territoires d’expression artistique propres au cinéma et aux images et s’inscrit résolument du côté de leur partage auprès des publics les plus divers. En collaboration avec des artistes, des salles de cinéma, des acteurs sociaux, éducatifs et culturels, le Pôle régional image déploie sur les Hauts-de-France, une programmation culturelle marquée par le goût de l’expérimentation, le choix de la diversité et la volonté de faire vivre aux publics, grands et petits, l’expérience des images sous toutes leurs formes.

Pour un cinéma vivant sur les territoires

Alors que subsistent sur les territoires des disparités d’accès à la culture, l’Acap agit pour offrir aux habitants, quel que soit leur lieu de vie, une offre cinématographique diversifiée car on le sait, le désir des publics est bien là ! Cette dynamique se matérialise à travers le rayonnement de nos activités au sein de plus de 130 communes en région avec un accent particulier mis sur les zones rurales et éloignées d’offres culturelles. Cette démarche s’incarne également à travers le soutien apporté à près de 80 salles de cinéma qui jouent sur les territoires un rôle de proximité culturelle et d’inclusion sociale incontestable. Il s’agit ainsi de les accompagner dans leur action de programmation, notamment de films exigeants et audacieux, et dans la mise en place de plus de 120 actions culturelles qui donnent l’opportunité au public de découvrir leur cinéma de proximité sous un jour différent.

Des actions engagées pour la jeunesse

À l’heure où les images produites se multiplient et s’entremêlent grâce au numérique, l’Acap cherche à stimuler la créativité des plus jeunes, à rendre accessible un cinéma pluriel non standardisé et à donner les moyens à tous d’imaginer demain. Chaque année, ce sont ainsi plus de 700 rencontres et ateliers créés et plus de 17 000 enfants, adolescents et jeunes adultes touchés. Nos actions auprès des jeunes publics se développent toujours en lien avec des artistes intervenants et via une démarche de partenariats avec les structures de proximité. Par une présence active sur le territoire Hauts-de-France, notre équipe tisse de multiples liens avec différents partenaires : établissements scolaires, centres de loisirs, hôpitaux, centre sociaux, prisons, universités, associations, foyers, lieux culturels… Convaincus qu’il n’existe pas une méthode, une logique, la programmation de l’Acap se veut variée, protéiforme et dans l’adaptation à nos publics.

L’accompagnement des acteurs culturels, éducatifs et artistiques

Les projets d’action culturelle cinématographique se déploient grâce au concours de nombreux opérateurs et professionnels émanant de la culture, du social, de l’animation, des institutions, de l’éducation… Parce que chacun a besoin d’être nourri d’idées, d’informations et d’être formés pour mener à bien des projets de ce type, l’Acap organise chaque année plus de 70 journées de formation ou rencontres professionnelles pour quasiment 2 000 personnes, dont les contenus sont travaillés en fonction du profil des acteurs et des besoins identifiés. Nous accordons, par ailleurs, une attention particulière aux jeunes professionnels grâce au déploiement de propositions spécifiques pour les jeunes médiateurs et les jeunes aspirants auteurs réalisateurs.

Observation, expertise et prospective

Œuvrant dans un champ professionnel où les logiques économiques s’entremêlent avec des enjeux de sociologie des spectateurs ou de politiques publiques, l’Acap positionne son action dans une dynamique d’observation et de prospective. Face aux différents défis, il apparaît en effet essentiel de déployer une solide expertise qui va garantir une approche la plus fine possible des problématiques du secteur tout en constituant un espace privilégié d’apport de connaissances, d’échange d’expériences et de bonnes pratiques. Dans le même mouvement, l’Acap s’inscrit dans une réflexion de pointe en matière d’éducation artistique et d’action culturelle qui a forgé sa réputation de laboratoire. Il s’agit bien ainsi de s’inscrire dans une logique d’innovation et d’invention de nouveaux modèles de médiation qui vont contribuer à l’adaptation, avec le plus de justesse possible, à la variété des publics et des territoires.